Alliance Commerciale Drone

En 2015, la FAA a mis en place de nouvelles règles obligeant les propriétaires de drones amateurs à enregistrer leurs drones en ligne.
Le nouveau règlement a finalement été annulé en 2016 lorsque John Taylor, un amateur de drones, a contesté avec succès la FAA devant les tribunaux.

Aujourd’hui, un juge de la Cour d’appel des États-Unis pour le circuit des DC a renversé cette décision, donnant essentiellement le feu vert à la FAA pour qu’elle impose les règles qu’elle juge nécessaires aux drones de loisir.

Même avant cette décision, le registre des drones de la FAA avait déjà été réactivé par le Congrès en vertu de la National Defense Authorization Act. Les propriétaires de drones pesant entre 0,55 lb et 55 lb étaient donc tenus de les enregistrer auprès de la FAA.

La FAA a maintenant une marge de manœuvre pour imposer encore plus de règles aux drones amateurs.

Pourquoi Big Tech est heureux ?

La Commercial Drone Alliance se compose de plusieurs sociétés, dont Google, qui ont des intérêts dans l’utilisation de drones commerciaux.

Personne n’est plus heureux de cette nouvelle décision que les grandes entreprises de technologie. C’est ce qu’ils veulent depuis des années.

Google et plusieurs autres entreprises, dont CNN et Ford, font partie de la Commercial Drone Alliance, une organisation qui réclame une réglementation plus stricte sur les drones amateurs.

Amazon ne fait pas partie de l’alliance mais a également demandé séparément à la FAA de réglementer les drones de loisir.

Toutes ces entreprises ont une chose en commun : elles ont l’intention d’utiliser les drones de différentes manières dans un avenir proche.

Google a travaillé sur le projet Wing, qui implique des livraisons de drones. Amazon a également prévu de commencer à livrer des commandes à ses millions de clients à l’aide de drones.

Prime Air, l'un des nouveaux programmes de drones prometteurs

Mais il y a un gros obstacle sur leur chemin : les drones hobbyistes.

Si Amazon doit envoyer un drone porteur de colis chez vous, ils veulent s’assurer qu’il n’y a pas des dizaines d’autres drones qui volent et entrent en collision avec lui.

Ces entreprises considèrent que l’industrie des drones amateurs est trop chaotique. Ils espèrent que la FAA interviendra pour rétablir un peu d’ordre et ouvrir ainsi la voie – ou plutôt le ciel – à leurs opérations de drones commerciaux prévues.

Est-il nécessaire d’adopter une nouvelle réglementation ?

C’est un sujet de grand débat entre les propriétaires de drones.

Beaucoup sont en colère parce qu’un nouveau fardeau va être imposé aux propriétaires de drones amateurs. Mais d’autres comprennent la nécessité de ces règles compte tenu de la stupidité de certains propriétaires de drones.

Malheureusement, de nouvelles règles arrivent, que cela nous plaise ou non. Un nombre croissant d’incidents dangereux liés à des drones et le lobbying de la haute technologie ont rendu cela inévitable.

Les nouvelles règles

Alors, à quoi ressemblera le nouveau règlement ?

Il est déjà obligatoire d’enregistrer votre drone non commercial auprès de la FAA. Que pourraient-ils vouloir d’autre ?

L’une des choses que la FAA a envisagées est d’exiger que tous les drones aient une balise d’identification.

Cela permettra l’identification en temps réel des drones, surtout s’ils volent à proximité d’endroits sensibles comme les aéroports.

Les agences de sécurité veulent aussi l’autorisation de faire tomber des drones volant dans des zones non autorisées.

Mais il y a un aspect positif à cette réglementation.

Comme je l’ai écrit dans un précédent article de blog, le gouvernement américain travaille activement avec les entreprises et les gouvernements locaux pour trouver de nouvelles utilisations des drones.

Ces nouveaux règlements peuvent donc s’accompagner de nouvelles libertés. La FAA pourrait enfin permettre aux drones de survoler des foules ou d’effectuer des opérations de nuit sans avoir à demander d’exemption.

La seule question est de savoir combien de ces nouvelles libertés seront accordées aux drones amateurs plutôt qu’aux seuls drones commerciaux.

Articles similaires sur les drônes:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *