Drone Assurance IARD

Les bourdons ont évolué rapidement au cours des dernières années. Bien qu’initialement populaires comme outils de reconnaissance militaire, leur adoption commerciale a grimpé en flèche.

L’industrie de l’assurance, connue depuis longtemps pour son approche conservatrice de l’innovation, a été étonnamment réceptive à l’utilisation des drones. Si l’on en juge par les résultats déjà positifs obtenus jusqu’à présent, la tendance devrait s’accentuer en 2019.


L’utilisation des drones dans l’assurance IARD

Selon les statistiques, l’assurance de dommages (IARD) représente 48 % de l’ensemble de l’industrie de l’assurance.

Pour mieux gérer les milliards de dollars de réclamations déposées après chaque tempête tropicale, les assureurs se tournent vers les drones.

Les véhicules aériens télépilotés sont principalement utilisés pour analyser les dommages et traiter les réclamations de toiture.

Les drones ont été utilisés pour la première fois de façon significative par les assureurs en 2017.

C’était après les ouragans Irma, Maria et Harvey qui ont dévasté des parties de la Floride, de Porto Rico et du Texas respectivement.

Ils ont été utilisés en plus grand nombre en 2018, surtout après les ouragans Michael et Florence.

Alors que la saison des ouragans de 2019 approche à grands pas, les compagnies d’assurance comptent plus que jamais sur eux.


Avantages de l’utilisation des drones dans l’assurance

Utilisation de troupeaux de drones pour surveiller les feux de forêt

Dans le passé, une étude aérienne des dommages causés par les inondations et les tempêtes était effectuée à l’aide d’aéronefs.

Bien qu’ils puissent couvrir de grandes étendues de terre, ces avions n’ont pas les avantages offerts par leurs homologues sans pilote.

Un drone peut se rapprocher des biens endommagés et les inspecter de manière plus approfondie. Il peut également recueillir et relayer des images, de l’audio, de la vidéo et d’autres données cruciales. Parmi les autres avantages, mentionnons

  • Reconstruction plus rapide après une tempête dévastatrice grâce à une évaluation rapide des dégâts. Les faux-bourdons peuvent couvrir de plus grandes superficies en moins de temps que les experts en sinistres humains. Il en résulte un traitement plus précis des sinistres, ce qui rend également les assurés concernés satisfaits.
  • Réduction des frais de règlement des sinistres (DPA). Il s’agit des coûts associés à l’évaluation et au règlement des réclamations. Comme les drones travaillent plus rapidement et peuvent arpenter les propriétés les plus dangereuses, le nombre d’experts en sinistre nécessaire est réduit.
  • Amélioration de la sécurité. Être expert en sinistre est l’un des emplois les plus dangereux en Amérique. Comme ils évaluent habituellement les dommages causés aux maisons instables après des tempêtes dangereuses, ils sont plus susceptibles d’être blessés au cours du processus. Les drones éliminent ce problème parce qu’ils peuvent faire une meilleure analyse sous différents angles.
  • Un traitement des demandes plus impartial. Contrairement aux experts en sinistre humains dont les décisions peuvent être influencées par des facteurs émotionnels, on peut faire confiance aux drones pour être objectifs. Ils recueillent les données et les transmettent pour analyse ultérieure.

Grâce aux progrès technologiques, les drones contribuent de plus en plus à la planification préalable en recueillant, analysant et stockant les données avant que les dommages ne se produisent.

De cette façon, après une grosse tempête, ils peuvent recueillir de nouvelles informations et les comparer à la base de données. Cela rend l’évaluation des dommages plus facile et plus précise.


Difficultés rencontrées par les opérateurs de drones

Difficultés rencontrées par les opérateurs de drones

Les opérateurs de drones sont confrontés à trois grands défis :

1. Réglementation gouvernementale

Bien que la FAA ait assoupli certaines règles concernant les opérations de drone, elles empêchent toujours les drones d’être pleinement déployés.

Les lois fédérales exigent que toute personne pilotant un drone maintienne une ligne de visée, ce qui limite considérablement la distance parcourue.

Ils sont également tenus de ne pas voler à plus de 400 pieds au-dessus du sol pour éviter les collisions avec d’autres aéronefs.

Mais la FAA a commencé à autoriser des compagnies d’assurance comme State Farm et AIG à effectuer des études plus intensives sur les drones.

2. Préoccupations relatives à la protection de la vie privée

Depuis que les drones ont été conçus à l’origine comme des outils de reconnaissance, ils ont toujours soulevé des préoccupations en matière de protection de la vie privée.

Le fait qu’ils puissent enregistrer des images, des sons et des vidéos les rend plus susceptibles de porter atteinte à la vie privée de tiers.

De plus, lorsque les drones atterrissent sur une propriété privée, les opérateurs peuvent être accusés d’intrusion.

3. Capacités limitées

Les drones ont peut-être connu des développements impressionnants dans un passé récent, mais ils doivent encore perfectionner certaines fonctions.

Les drones de l’industrie de l’assurance ont besoin d’images à plus haute résolution, de meilleurs outils d’analyse des propriétés et de meilleures capacités de mesure.


Assurance Drone

assurance de drones vérifiables

SkyWatch

Les drones sont devenus des outils essentiels dans l’industrie de l’assurance et de nombreuses autres applications, et l’assurance des drones a également augmenté.

L’assurance Drone offre une protection, en particulier pour les opérateurs qui volent dans des conditions dangereuses, par exemple après une tempête.

Les compagnies d’assurance traditionnelles ont introduit de nouvelles couvertures, ciblant spécifiquement les drones et les équipements de drones.

Ils fournissent également une assurance responsabilité civile pour couvrir les blessures ou les dommages matériels.

Il y a aussi des start-ups qui offrent des produits innovants d’assurance drone.

Des sociétés comme Verifly et SkyWatch fournissent une assurance de drone à la demande via des applications. Vous pouvez payer pour une couverture horaire, quotidienne ou mensuelle selon vos besoins.

Articles similaires sur les drônes:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *